L’ Aïkido est ouvert à tous quels que soient l’âge, le sexe et la taille.

 

C’est un art martial en forme de self-défense avec des techniques tellement
particulières qu’elles permettent de préserver l’intégrité de l’adversaire. C’est le principe de non-violence qui prédomine. Obtenir le désarmement volontaire de l’agresseur est à la fois l’objectif et la méthode de l’Aïkido.
Les rôles de UKE (celui qui attaque) et de TORI (qui est attaqué et applique la technique) sont indissociables. Ce mode de travail spécifique est basé sur le développement de l’entraide plutôt que sur la compétition.
L’aïkidoka (celui qui pratique l’Aïkido) apprend à utiliser la force et l’énergie de son assaillant en la retournant contre ce dernier. Il s’agit de décourager son adversaire et non de le détruire.

Toutes les techniques d’Aïkido s’inscrivent dans une série de mouvements circulaires destinés à rejeter toutes les formes d’agressivité dans le vide. Ces techniques se pratiquent indifféremment à genoux, debout, à droite, à gauche.

 

L'Aïkido se partique aussi avec les armes :  sabre (boken)  -  baton (jo) -  couteau (tanto). A ce niveau l' Aïkido devient l' art martial le plus complet, donnant au pratiquant une grande disponibilité et une grande richesse de connaissances.

 

Chacun doit s’efforcer de pratiquer avec le plus de partenaires possibles
pour profiter pleinement de l’expérience offerte à vivre au DOJO (lieu où
l’on étudie la voie, salle de pratique des arts martiaux) et ceci s'applique aux femmes et aux jeunes.